Archives de l’auteur : Alain Astruc

A propos Alain Astruc

Photos & Films

Des artistes en montage

Je vous présente l’ensemble du travail que j’ai réalisé pour Cahors Juin Jardins cette année sous la forme d’une vidéo de 17mn33s en haute résolution 4K, que vous pouvez voir intégrée dans cet article.

Ça fait plusieurs années que je suis les artistes de ce festival au moment du montage de leur travail, et au cours du temps, j’ai fini par développer une méthodologie, qui s’est affinée petit à petit. Au début j’ai fait des photos uniquement, puis j’ai réalisé des entretiens audio, qui étaient postés à côté des photos.  Comme mes deux activités principales m’ont amené à vivre avec un pied dans la réalisation de films et l’autre dans le monde de la photo et que j’ai aussi une expérience dans le monde de la musique, je me suis retrouvé à réaliser des vidéo à mi-chemin entre la création audio/musicale et le diaporama, en utilisant mon expérience des techniques ciné/vidéo et photo, que vous pouvez les voir sur mon portfolio ici: alainastruc.com/photofilms.

Cette année j’ai franchi le pas, et j’ai réalisé pour Cahors Juin Jardins avec Champs d’image cinq vidéos à partir des photos et des entretiens audio que j’ai réalisés avec cinq des artistes en montage à Cahors Juin Jardins cette année, Karine Bonneval, Sophie Rigal, Laurent Reynes, Bureau Detours et Meggie Schneider.

Ce qui m’a poussé, c’est l’envie de faire plonger le spectateur dans cette proximité temporaire que j’ai avec les artistes en train de faire leur travail. J’essaye de ne pas gêner les artistes, mais je ne les aide pas, j’essaye de comprendre leur démarche, leur langage non verbal. J’essaye d’attendre le bon moment pour leur poser des questions. Je prends le temps nécessaire pour m’immerger dans leur monde. Ça peut prendre une heure ou une semaine.

Je suis un amoureux de l’art classique, traditionnel, et en tant que tel je me mets facilement à la place du spectateur surpris par l’art contemporain. Par sa fréquentation plus intime, j’en ai tiré comme conclusion que l’art dit contemporain et l’art dit traditionnel doivent être jugés selon leur propres critères, et que c’est une erreur considérable de considérer celui-ci comme systématiquement froid et abscons et celui-là comme totalement dépassé parce que inactuel, et que c’est une véritable impasse intellectuelle de juger l’un avec les critères de l’autre.