Archives du mot-clé Cahorlywood

PMEJ – Photos du tournage

Nous n’avions pas de photographe de plateau sur ce tournage, mais comme je me suis servi de mon 70D au capteur APS-C d’une taille suffisamment similaire à celui en super 35 de la C300 pour chercher le cadre, j’en ai profité pour faire quelques photos pour documenter le tournage de l’intérieur.

img_0794

Adrien Raybaud, premier assistant caméra et la C300 MKII

img_0805

Nicolas, le Petit Monsieur en Jaune, et Christine en fond

img_0807

Nicolas attend sa scène dans la casse

img_0814

Petit Monsieur en Jaune endormi dans sa voiture

img_0820

Préparation de la C300 + 21mm pour le plan de la voiture treuillée

img_0823

Clap de la prise 1 du plan de la séquence 16

img_0825

Le travelling installé par Fen à l’exterieur de la guérite

img_0826

Le camion technique

img_0829

Martin Étienne, ingénieur du son

img_0831

Nicolas, le Petit Monsieur en Jaune

img_0834

Fen en train d’installer le travelling pour le soir

img_0835

Petit Monsieur en Jaune et son canard dans la cuisine de la guérite

img_0836

Léo Ponge, chef électro

img_0842

Calvin le canard, décédé

img_0847

La réalisatrice cherche des brindilles

img_0854

Christine dans les bambous

img_0857

Carlos le canard bien vivant

img_0862

Léo et moi-même

img_0866

Christelle, première assistante à la réalisation

img_0870

Le décor de la guérite

img_0877

Léo avec l’aide de Fen recrée une lumière de soir lunaire à la fenêtre de la guérite

img_0881

Béa la costumière paufine l’équilibre des plumes sur la coiffe

img_0895

À l’extérieur de la cabane, l’équipe rassemble les troupes

img_0901

Gaël et Christelle dans le cadre avec Claude du Bar des Allées

img_0903

Nicolas et Christine sur l’écran de la C300 lors de la préparation du travelling du soir dans le bar

img_0907

Christine se met à la place de Petit Monsieur en Jaune

img_0909

Christelle se met à la place de Petit Monsieur en Jaune

img_0914

Finalement, Petit Monsieur en Jaune n’a pas la pire des places

img_0919

Petit Monsieur en Jaune se prépare pour sa scène avec Fred

img_0925

Anaïs la gardienne du parc va siffler sa fermeture

img_0927

Adrien prépare minutieusement un objectif de 35mm sur la C300

img_0931

La cabane est bâtie sur un arbre

img_0937

L’intérieur de la cabane

img_0938

Christine se met à la place de Petit Monsieur en Jaune

img_0954

Katy et Christelle font doublure pour le cadre à l’administration

img_0959

Alix et Bastien font doublure pour un autre cadre à l’administration

The Man Who Fell To Earth (1976)

En travaillant sur la préparation du film, je me suis dit que finalement, du «Petit Monsieur en Jaune» qui donne son titre au projet, on ne sait rien. On dirait qu’il a été catapulté là, d’on ne sait où. Ça m’a fait penser à ce film magnifique de Nicholas Roeg avec David Bowie, dans ce qui est à mon sens son plus grand rôle, The man who fell to Earth (L’Homme qui venait d’ailleurs), 1976, Photographie: Anthony B. Richmond.
Ce qui m’intéresse c’est surtout la première heure. Le langage filmique si particulier de Nicholas Roeg met en avant la solitude du personnage, avec ce qui semble être des niveaux de conscience différents, visualisés grâce au montage.
En 2,35:1, la photo ne se refuse aucun artifice, tour à tour naturaliste dans la désolation urbaine, et expressionniste dans les visages. La formation de mime de David Bowie, ainsi que son statut de rock star, hors du commun des mortels, soulignent le côté pantin désarticulé fragile, hors de ce monde.


C’est aussi le début de l’époque des plus beaux albums de Bowie, à mon sens. La série de chefs-d’œuvre de 1976 à 1980: Station To Station, Low, « Heroes », Lodger, Scary Monsters (and Super Creeps).